Results 1 to 7 of 7
Like Tree1Likes
  • 1 Post By Robertvincent

Thread: Hollywoodism : Le président iranien a reçu en audience le professeur Robert FAURISSON

  1. #1
    Contributing Member Robertvincent's Avatar
    Join Date
    Dec 2010
    Posts
    11,247
    Rep Power
    45

    Default Hollywoodism : Le président iranien a reçu en audience le professeur Robert FAURISSON

    Le jeudi 2 février 2012, après le discours de M. Mahmoud Ahmadinejad ouvrant le 30ème festival international FAJR du film de Téhéran, le professeur Robert Faurisson, présent parmi la délégation française, a été reçu en audience privée par le Président iranien.
    Le professeur Robert Faurisson, chef de file des révisionnistes européens, était invité à cette cérémonie pour le documentaire "Un homme", réalisé par Paul-Éric Blanrue (auquel il est rendu hommage) et présenté dans le cadre de la 2e conférence internationale sur l'hollywoodisme et le cinéma, qui se déroule en marge du festival FAJR.

    Les photos de la rencontre entre le professeur Faurisson et le Président iranien seront bientôt publiées sur le Clan des Vénitiens, ainsi qu'un compte rendu détaillé de l'entretien.



    En attendant, voici le communiqué diffusé par l'IRIB-France :
    IRIB- "Le Président Ahmadinejad a ouvert, ce jeudi matin, 2 février, la 2e Conférence «Hollywoodisme et le cinéma». Elle rendra hommage à 8 huit figures emblématiques du cinéma, dont Oliver Stone, cinéaste américain, qui est connu, surtout, pour ses films, sur la guerre du Vietnam. Il faut, aussi, citer le Français, Paul-Eric Blanrue, historien et écrivain français, qui, dans son ouvrage, a fait des révélations sur les lobbies sionistes, en France ; l’Italien, Claudio Moffa, universitaire et critique de cinéma anti-sioniste ; l’Espagnol, Manuel Galiana Ros, critique et écrivain anti-sioniste ; le Français, Robert Faurisson, historien et écrivain anti-sioniste ; Vincent Renaud, Alain Brunet et Arnauld Leon Cohen."


    Voici également le communiqué en anglais diffusé par le FAJR festival : "Eight cineastes were commemorated in the opening of Hollywoodism and Cinema Conference. Oliver Stone (born September 15, 1946) is an American film director, producer and screenwriter. Stone became well known in the late 1980s and the early 1990s for directing a series of films about the Vietnam War, for which he had previously participated as an infantry soldier. His work frequently focuses on contemporary political and cultural issues, often controversially. He has received three Academy Awards: Best Adapted Screenplay for Midnight Express (1978), and Best Director for Platoon (1986) and Born on the Fourth of July (1989). The British newspaper The Guardian described Stone as "one of the few committed men of the left working in mainstream American cinema." Stone's films often use many different cameras and film formats, including VHS, 8 mm film, and 70 mm film. He sometimes uses several formats in a single scene, as in JFK (1991) and Natural Born Killers (1994). Claudio Moffa, Paul Eric Blanrue, Manuel Galiana Ros, Robert Faurisson, Vincent Renaud, Alain Brunet and Arnold Leon Cohen are the other seven cineastes who were commemorated. Hollywoodism and Cinema conference is held during 30th FIFF. On the occasion of the 33rd anniversary of Islamic Revolution, the 30th Fajr International Film Festival will be held from February 1st to 11th 2012 in Tehran and some other provinces of Iran."

    (English subtitles channel)

    Send a Card or even a letter to the Jailed Revisionist Wolfgang FRÖHLICH - JVA Stein - Steiner Landstr 4 - A-3504 Krems-Stein - AUSTRIA


  2. #2
    Contributing Member Robertvincent's Avatar
    Join Date
    Dec 2010
    Posts
    11,247
    Rep Power
    45

    Default Re: Hollywoodism : Le président iranien a reçu en audience le professeur Robert FAURISSON



    Vincent Reynouard avait été invité au FAJR festival mais, n'ayant pas l'autorisation de quitter le territoire français, il avait dépêché une assistante chargée de le représenter et d'intervenir pour lui, dans le cadre de la catégorie "Hollywoodisme et Sionisme", sur le sujet suivant: "Les films hollywoodiens légitiment le sionisme et appellent clairement à la guerre contre les pays accusés d'être une menace pour l'Israël".

    Le 2 février au matin, lors de la cérémonie de remise des prix honorant le courage, la résistance et la combativité, le PREMIER PRIX REVINT AU PROFESSEUR FAURISSON et, pour le second, c'est le nom de VINCENT REYNOUARD qui fut prononcé, le chercheur pour qui Paul-Éric Blanrue s'était déplacé l'an dernier, pour alerter l'opinion mondiale à propos de son emprisonnement ; le président iranien remit à la personne qui représentait Vincent un recueil de poèmes enluminé (et traduit en plusieurs langues dont le français).

    Mais une belle surprise attendait les révisionnistes :

    Dans le hall d'entrée de la conférence qui devait débuter l'après-midi on pouvait voir un grand panneau portant "Liberté pour Vincent Reynouard" ; toutes les personnes se rendant la conférence allaient voir ce panneau devant lequel se sont déroulées la plupart des interviews télévisées !



    Le lendemain, c'est-à-dire aujourd'hui, Vincent Reynouard, par le truchement de son assistante, a recueilli un franc succès qui a entraîné pour cette assistante un grand nombre d'interviews par des journalistes locaux et étrangers.



    Seuls les trois rabbins orthodoxes antisionistes ont montré leur désaccord : en effet, ces personnes croient fermement à "l'Holocauste" et se contentent de désapprouver l'exploitation que font leurs congénères de la souffrance subie par le peuple juif pendant la guerre... ce qui a donné lieu à une discussion assez vive...
    Last edited by Robertvincent; 02-11-2012 at 01:22 AM.
    pilates_fan likes this.

    (English subtitles channel)

    Send a Card or even a letter to the Jailed Revisionist Wolfgang FRÖHLICH - JVA Stein - Steiner Landstr 4 - A-3504 Krems-Stein - AUSTRIA


  3. #3
    Contributing Member Robertvincent's Avatar
    Join Date
    Dec 2010
    Posts
    11,247
    Rep Power
    45

    Default Re: Hollywoodism : Le président iranien a reçu en audience le professeur Robert FAURISSON


    (English subtitles channel)

    Send a Card or even a letter to the Jailed Revisionist Wolfgang FRÖHLICH - JVA Stein - Steiner Landstr 4 - A-3504 Krems-Stein - AUSTRIA


  4. #4
    Contributing Member Robertvincent's Avatar
    Join Date
    Dec 2010
    Posts
    11,247
    Rep Power
    45

    Default Re: Hollywoodism : Le président iranien a reçu en audience le professeur Robert FAURISSON




    The Iranian President Mahmoud Ahmadinejad has received Professor Robert Faurisson in a private audience.

    On Thursday, February 2, 2012, after Dr Ahmadinejad's opening speech at the 30th International Fajr Film Festival in Tehran, Professor Robert Faurisson, part of the French delegation, was received by the Iranian President in a private audience.

    Professor Faurisson, Europe's leading historical revisionist, was invited to the ceremony for the documentary film about him entitled Un Homme ("A Man"; see http://holocauste.com, produced and directed by his compatriot Paul-Eric Blanrue (to whom tribute was paid) and submitted for the second international conference on "Hollywoodism and the Cinema", taking place in conjunction with the festival.

    Photos and a detailed account of the meeting between Professor Faurisson and the Iranian President are posted on the "Clan des Vénitiens" website


    Professor Robert Faurisson of France receiving his award from Iranian President Ahmadinejad at the conference in Tehran on "Hollywoodism".

    The Professor's brief conference paper will be available in the coming days.
    Last edited by Robertvincent; 02-10-2012 at 11:50 PM.

    (English subtitles channel)

    Send a Card or even a letter to the Jailed Revisionist Wolfgang FRÖHLICH - JVA Stein - Steiner Landstr 4 - A-3504 Krems-Stein - AUSTRIA


  5. #5
    Contributing Member Robertvincent's Avatar
    Join Date
    Dec 2010
    Posts
    11,247
    Rep Power
    45

    Default Re: Hollywoodism : Le président iranien a reçu en audience le professeur Robert FAURISSON

    Le 8 février 2012, Fabien Fournier, 35 ans, journaliste de Lyon Capitale,"premier site lyonnais d'actualité en ligne, magazine mensuel lyonnais lyoncapitale.fr, m'a téléphoné à mon domicile pour me poser au sujet de Bruno Gollnisch une question à laquelle j'ai dit à cinq reprises que je refusais de répondre.

    Je l'ai rappelé pour lui faire remarquer le silence général de la presse mondiale sur le fait que M. Ahmadinejad avait accueilli en personne à Téhéran, le 2 février, les participants révisionnistes et antirévisionnistes d'une conférence internationale sur l'Hollywoodisme, c'est-à-dire sur la propagande américano-sioniste.(A mes correspondants j'ai envoyé 25 photos de cet accueil et de cette conférence).

    F. Fournier m'a confié que ce silence général l'étonnait. Personnellement j'estimais que ce silence s'expliquait fort bien mais qu'un journaliste se devait normalement de le rompre. J'ai eu d'autres conversations téléphoniques avec F. Fournier, lequel a fini par m'annoncer qu'il consacrerait une brève au sujet et, à ma demande, il m'a promis qu'il m'en enverrait une copie.
    Tenant parole, il m'a, à 19h27, expédié le message suivant :

    "VOICI LA BRÈVE

    BON WEEK END


    http://lyoncapitale.fr/journal/Autre...adinejad-photo


    Sur le contenu de cette brève je lui ai adressé deux observations :

    "1) Je ne suis pas "négationniste" (barbarisme) ; je ne nie rien mais, au terme de mes recherches, j'affirme un certain nombre de choses. Diriez-vous d'un opposant au révisionnisme qu'il est un "affirmationniste" ou un "affirmasioniste" ?

    2) Je ne suis pas un "ex-professeur" mais un "ancien professeur" à l'Université Lyon-2.

    RF, le 10 février 2012".

    Une précision à l'adresse de mes correspondants : certaines personnes ne manqueront probablement pas d'affirmer ou bien que je mêle la politique à l'histoire ou encore que je cautionne l'action politique de M. Ahmadinejad. Il n'en est rien. A M. Ahmadinejad, dont j'ai eu à plus d'une reprise l'occasion de noter la finesse (surtout face au président d'une université américaine au comportement de vacher), j'exprime ma reconnaissance pour la possibilité qu'il nous a, une nouvelle fois, accordée de répondre publiquement aux calomnies de l'adversaire sur le compte du révisionnisme. Il a fort bien dit que, dans les pays occidentaux, il est curieusement "interdit d'approcher de la boîte noire de l'Holocauste pour voir ce qu'elle contient". La remarque est fine : en France, le 13 juillet 1990, une loi interdisait aux experts, aux historiens et au public de formuler une certaine "contestation" ; le temps venant, l'interdiction s'est aggravée ; il a été décidé que ladite contestation serait interdite "même si elle [était] présentée sous une forme déguisée ou dubitative ou par voie d'insinuation" (Code pénal, édition de 2006, p.2059 B). A ce jour, il ne faut pas même avoir l'air de contester. Bruno Gollnisch est payé pour le savoir, lui qui, interrogé par des journalistes sur l'existence des chambres à gaz nazies, a dit qu'il revenait aux historiens de trancher de ce point d'histoire. On sait ce que cette réponse lui a valu !

    Considérant la situation économique où me semble se trouver l'Iran à cause d'un blocus particulièrement sévère, je doute que M. Ahmadinejad ait quelque chance de conserver les responsabilités politiques qui sont actuellement les siennes. A mes yeux, il n'en a que plus de mérite à maintenir la position qui a été la sienne depuis tant d'années en ce qui concerne le tabou occidental du prétendu "Holocauste des juifs", épée et bouclier tout à la fois de l'Amérique et de l'Etat d'Israël.

    Un dernier mot : jamais M. Ahmadinejad n'a souhaité ou préconisé la destruction de l'Etat sioniste. En réalité, il a dit que, tôt ou tard, le régime sioniste disparaîtrait des tablettes de l'histoire (tout comme le régime communiste a disparu en Russie). Il est en faveur d'un régime qui permettrait aux juifs, aux musulmans, aux chrétiens et aux autres de vivre en bonne entente sur la terre de Palestine comme c'est le cas en Iran.


    Bien à vous. RF

    (English subtitles channel)

    Send a Card or even a letter to the Jailed Revisionist Wolfgang FRÖHLICH - JVA Stein - Steiner Landstr 4 - A-3504 Krems-Stein - AUSTRIA


  6. #6
    Contributing Member Robertvincent's Avatar
    Join Date
    Dec 2010
    Posts
    11,247
    Rep Power
    45

    Default Re: Hollywoodism : Le président iranien a reçu en audience le professeur Robert FAURISSON

    Marie Bruchet

    14 février 2012

    Deuxième Conférence Internationale sur l’Hollywoodisme et le Cinéma Mondial à Téhéran


    La deuxième Conférence internationale sur l’Hollywoodisme et le cinéma mondial s’est tenue du jeudi 2 au samedi 5 février 2012 dans le cadre du 30ème Festival international du Cinéma à Téhéran. Elle a rassemblé des intellectuels venus du monde entier, dont une importante délégation française. Cette dernière comprenait MM. Robert Faurisson, Paul-Éric Blanrue (représenté), Vincent Reynouard (représenté), Dieudonné M’bala M’bala et Mme Maria Poumier.

    Vincent Reynouard y avait été invité par les autorités iraniennes. Toutefois, sous le coup d’un contrôle judiciaire qui lui interdit, entre autres, de quitter le territoire national, il n’a pu s’y rendre. J’y suis donc allée à sa place, pour le représenter et pour y faire l’exposé qu’il avait préparé. Ces quatre jours resteront à jamais gravés dans ma mémoire.

    L’objectif de la conférence était double :

    - réunir des gens soucieux de combattre le sionisme qui empoisonne le milieu cinématographique et qui, par là même, répand sa propagande mensongère et totalement dénuée d’humanité ;
    - proposer des solutions concrètes pour améliorer le cinéma hollywoodien.

    Le programme de ces trois jours était le suivant :

    1/ Hollywood et l’éveil du monde : le rôle du cinéma dans l’éveil du monde ;
    2/ Hollywood et le sionisme : le révisionnisme historique, les techniques hollywoodiennes dont le but est de détourner les événements internationaux à l’avantage des intérêts sionistes, l’influence d’Hollywood sur l’opinion publique ;
    3/ Hollywood et les valeurs humaines : la promotion de la violence par les films hollywoodiens.

    Le jeudi 2 au matin, le Président de la République Islamique d’Iran, M. Mahmoud Ahmadinejad, remettait un prix à MM. Robert Faurisson, Vincent Reynouard, Mme Maria Poumier et à d’autres intellectuels afin de récompenser leurs efforts dans le combat antisioniste. Le prix, magnifique recueil de poèmes de Omar Khayyam, grand poète et savant persan ayant vécu aux XIe et XIIe siècles, fut particulièrement apprécié pour ses illustrations délicates et superbement ciselées.

    1/ Hollywood et l’éveil du monde : le rôle du cinéma dans l’éveil du monde

    Dans une intervention préliminaire en début d’après-midi, le Ministre de la Culture et de l’Orientation Islamique d’Iran, M. Mohammad Hosseini, exposa la situation géopolitique actuelle.

    Selon lui, les « valeurs » sionistes ont pénétré tous les domaines de la vie quotidienne. Par conséquent, il est impératif et urgent que « le monde se réveille » et trouve des solutions concrètes.

    Dans le domaine culturel, les films hollywoodiens sont la première cible des antisionistes. Faciles d’accès et peu onéreux, ils font logiquement partie du quotidien, ce qui rend la tâche plus difficile à ceux qui veulent les éliminer. Pour y parvenir, il est nécessaire de démonter les rouages de l’industrie d’Hollywood afin de mieux les comprendre, donc de mieux les maîtriser et, ainsi, de les contrer, voire ― idéalement ― de les détruire complètement.

    Selon M. Hosseini, il est primordial que la domination des médias par les sionistes soit bien reconnue et identifiée par les populations du monde. Cette prise de conscience nécessaire conditionne le combat contre le sionisme.
    Et d’ajouter :

    « L’Occident doit maintenant se réveiller. Nous l’attendons. Les Européens et les États-Unis commencent à ouvrir les yeux sur les dangers du sionisme. Ils commencent à s’informer. Mais cela reste timide. Nous les attendons.
    Les sionistes se trouvent maintenant face à face avec l’Humanité, face à face avec des êtres humains qui, enfin, se réveillent sérieusement, notamment grâce à des intellectuels. (…) Les pressions des lobbies sionistes sont si fortes que le monde réagit et réalise combien ces lobbies sont dangereux, combien ils peuvent nous hypnotiser... Nous sommes prêts à coopérer, à investir avec tous les scénaristes et réalisateurs qui veulent combattre le sionisme. »

    Monsieur le Ministre de la Culture et de l’Orientation Islamique termina son allocution en déclarant : « La nature sioniste est par définition non humaine et même antihumaine ».

    Durant cette première partie de la conférence, les intervenants présentèrent le mouvement « Occupy Wall Street ». Né le 17 septembre 2011 dans le parc Zuccotti à New-York, ce groupe non violent souhaite dénoncer les abus du capitalisme financier, et plus particulièrement les abus des « 1 % qui oppressent les 99 autres pourcents ». Prévu pour ne durer qu’une seule semaine, non seulement il existe encore aujourd’hui, mais aussi, il est devenu international. Selon Wikipédia, au 15 octobre 2011, il a essaimé dans environ 1 500 villes de 82 pays.

    Prenant la parole, le psychiatre américain Daniel Schechter souligna que ce mouvement, initialement totalement ignoré par la presse, révèle combien le système est malade. « Même si on veut faire des réformes, affirma-t-il, le système est incapable de répondre. Il n’est pas capable de se soigner, de se réparer lui-même. »

    Peu après, le journaliste américain Webster Tarpley expliqua que les 1 % de puissants à Wall Street étaient « difficiles à faire tomber » et que le mouvement « Occupy Wall Street » n’était pas organisé comme il le faudrait pour arriver à ses fins. W. Tarpley mentionna également l’existence de « faux rebelles » au système, tel le célèbre réalisateur américain Michael Moore. Celui-ci prétend dénoncer le système capitaliste américain, mais ses films sont précisément financés par ce système.

    De son côté, Sean Christopher Stone, acteur américain et fils du réalisateur Oliver Stone, parla de la loi « sécuritaire » votée aux États-Unis après les attentats de 2001. Elle permet d’emprisonner sans jugement tout citoyen considéré comme une menace pour la sécurité nationale. D’après S. C. Stone, cette loi représente un danger pour les activistes du mouvement « Occupy Wall Street ».

    Intervention fort appréciée dans cette partie : le discours du député responsable des films au Ministère de la Culture et de l’Orientation Islamique d’Iran, M. Javad Shamaghdari. « Au nom de Dieu le Tout-Puissant et le Miséricordieux », ainsi débutait chacune des allocutions prononcées par J. Shamaghdari pendant ces journées de rencontre. Le jeudi 2 février dans l’après-midi, il déclara que les artistes du monde entier avaient beaucoup à dire pour exprimer leur mécontentement vis-à-vis de l’attitude des sionistes dans le monde. Dans le domaine cinématographique, la stratégie à adopter est simple : il faut attaquer franchement et frontalement, en produisant des films qui prônent des valeurs opposées à celles qui transparaissent dans les films hollywoodiens. « C’est un devoir pour nous tous, lança-t-il, que de connaître et de faire connaître la nature du sionisme. ».

    J. Shamaghdari rappela également que les différences ethniques et la diversité culturelle étaient tout à fait naturelles. Le Coran déclare que nous avons été créés différents (langues, ethnies, etc.) afin que, tous, nous ayons l’occasion d’apprendre à mieux nous connaître. Notre nature humaine est d’aller vers Dieu en respectant Sa Parole. Or, le discours véhiculé par l’industrie d’Hollywood nie la nature humaine en l’éloignant de Dieu, notamment parce qu’il justifie la violence entre les êtres humains, ce qui est absolument antinaturel. Hollywood prend donc le contre-pied de la Parole Divine ; il veut déformer la pensée et la modeler en présentant chaque phénomène dans le cadre de l’intérêt particulier, et non dans celui du Bien Commun. Par exemple, de nombreux films hollywoodiens transforment les populations peaux rouges en monstres sanguinaires afin de rendre leur massacre par la cavalerie légitime…

    M. Shamaghdari conclut avec ces mots :

    « Depuis sept décennies Hollywood travaille à déshumaniser le monde en l’éloignant du message divin et en l’attirant vers les passions et l’intérêt particulier. Pour combattre ce projet destructeur, nous devons utiliser la même arme : le cinéma. Nous devons produire des films qui propagent les valeurs humaines que sont la Vérité, la Paix, la Justice et l’Amour. »

    2/ Hollywood et le sionisme : le révisionnisme historique, les techniques hollywoodiennes dont le but est de détourner les événements internationaux à l’avantage des intérêts sionistes, l’influence d’Hollywood sur l’opinion publique

    Le vendredi 3 février fut le plus enfiévré des trois jours. En effet, les interventions révisionnistes ont en quelque sorte réveillé l’assistance et ont clairement divisé les intervenants en deux groupes : les « croyants » et les « non-croyants » en… l’ « Holocauste ».

    Le premier intervenant fut M. le rabbin Ahron Cohen. Arborant un badge avec l’inscription « juif antisioniste » ainsi qu’une écharpe aux couleurs de la Palestine, il expliqua que les sionistes avaient dénaturé l’identité profonde des juifs en introduisant le nationalisme et la territorialité. Il rappela que l’identité profonde et historique du peuple juif résidait précisément dans la non-territorialité. Le peuple juif est historiquement condamné à l’exil par décret divin. A. Cohen ajouta que l’on pouvait être juif sans être sioniste et que l’antisionisme n’avait rien à voir avec l’antisémitisme. Les sionistes, dit-il, sont irrespectueux des lois divines car ils les détournent au profit de leurs intérêts particuliers. Ils promeuvent la guerre et, par conséquent, ne respectent pas la nature humaine. L’objectif des juifs orthodoxes, que M. le rabbin Ahron Cohen représentait à Téhéran, est clairement de dénoncer l’injustice et les souffrances infligées par l’État d’Israël au peuple palestinien, de remettre la non-territorialité du peuple juif au cœur de l’identité juive, et enfin, de rendre sa terre au peuple palestinien.

    La parole fut alors donnée au professeur Faurisson. Dans un premier temps, il définit ainsi le terme « Hollywoodisme » : « la transformation, souvent mensongère, de la réalité par l’esprit et les pratiques de tout un cinéma américain. » Puis il décrivit « les méfaits de l’Hollywoodisme dans la formation de l’imposture de “l’Holocauste”, c’est-à-dire dans la construction du mythe du génocide, des chambres à gaz et des six millions de juifs tués pendant la Seconde guerre mondiale par les Allemands. » Enfin, il parla du « révisionnisme comme antidote par excellence contre l’Hollywoodisme et son incessant battage en faveur de la religion de “l’Holocauste”. » L’exposé brillant du Professeur captiva l’auditoire. Des gens se rapprochaient pour mieux entendre. On en retint tout particulièrement l’explication claire et concise des impossibilités physique, chimique, humaine et financière de l’organisation d’un tel massacre de masse perpétré contre le peuple juif au moyen de chambres à gaz.

    Vint ensuite l’exposé de Vincent que je devais prononcer. Celui-ci n’avait pu se rendre à Téhéran à cause du contrôle judiciaire qui lui interdit de sortir du territoire national français depuis sa sortie de prison en avril 2011.

    S’appuyant sur de nombreux documents photographiques et picturaux, j’expliquai comment le cinéma hollywoodien était devenu une sorte de ministère américain de la Propagande en utilisant des techniques simples de manipulation pour légitimer la politique américano-sioniste. Dans les années 60, ainsi, les films hollywoodiens présentaient les Palestiniens comme des terroristes sauvages et cruels et les juifs comme de pauvres victimes (exemple typique d’inversion accusatoire).

    Exemples précis à l’appui, je démontrai que, depuis les années 50, Hollywood promeut le grand mensonge de l’ « Holocauste » : quel que soit le style de film (aventure, drame, science-fiction, fantastique, policier…), le fantôme de l’ « Holocauste » plane. Citons Moonraker, Marathon Man et plus récemment Shutter Island

    J’expliquai ensuite comment il est simplissime de faire rapidement perdre son crédit à un chef d’État, M. Ahmadinejad par exemple, en le faisant passer pour un nouvel Hitler qui menacerait le monde entier et qui, comme son père spirituel, voudrait commettre un nouvel « Holocauste » (nucléaire cette fois). La rhétorique est toujours la même : si on avait éliminé Hitler préventivement, rien de « tout cela » ne serait arrivé… De cette manière, nul besoin d’expliquer quoi que ce soit, l’opinion publique sera entièrement d’accord si une guerre contre l’Iran était déclenchée : ne vaut-il pas mieux « prévenir » que « guérir » ?

    En guise de conclusion, j’expliquai que, toute cette propagande reposant sur le prétendu « Holocauste », la solution passait par la lutte contre ce mythe qui nous empoisonne tous et qui empêche toute discussion saine et posée sur l’État d’Israël.

    Cette dernière intervention révisionniste provoqua de vives réactions. Entre autres, celle du rabbin Dovid Weiss s’est révélée la plus véhémente. Affirmant que l’ « Holocauste » avait bel et bien existé, le rabbin déclara d’une part que ce n’était pas une raison pour faire souffrir le peuple palestinien et d’autre part que le sujet de la conférence n’était pas celui-là mais bel et bien la dénonciation de la situation d’esclavagisme imposée par le peuple israélien au peuple palestinien. Le vrai sujet, conclut-il, était de discuter des moyens à employer pour rendre au peuple palestinien sa terre et sa dignité ; l’ « Holocauste » était sans rapport avec cela.

    Profitant d’une courte pause, Dieudonné M’bala M’bala, présent dans l’assistance, répondit à l’intervention du rabbin Weiss. Celui que l’on appelle « Dieudo » se présenta et expliqua sa présence à Téhéran en parlant de son film L’Antisémite. Puis il décrivit la situation en France, un pays dans lequel, le lobby juif régnant en maître, parler des juifs, orthodoxes ou non, devient un exercice de plus en plus périlleux. Calmement mais fermement, il expliqua qu’il était extrêmement délicat de parler de son passé familial de « déportés à Auschwitz », ayant lui-même des ancêtres « déportés par des marchands esclavagistes juifs et chrétiens ». D’après lui, mettre une échelle de valeur dans la souffrance était absolument indécent et ne posait pas les bases d’un débat constructif. Et de conclure : « Peu importe tout cela ! Retrouvons-nous tous dans le rire ! »

    Pour sa part, R. Faurisson résuma brièvement les arguments révisionnistes et souligna que parler de l’ « Holocauste » dans cette conférence sur l’Hollywoodisme et le cinéma mondial était précisément le sujet.

    Sans surprise, le débat se prolongea longtemps, les uns essayant de convaincre les autres du bien-fondé de leur point de vue sur la question de la lutte contre le sionisme. Deux groupes se formèrent, chacun étant sûr d’avoir raison et campant sur ses positions. Même parmi les résistants au sionisme, le franchissement du Rubicon révisionniste reste malaisé… !

    Un point positif cependant : contrairement à ce qui se passe chez nous, les intervenants se sont respectés et ont écouté poliment les discours des uns et des autres.

    Dans son discours prononcé tard dans l’après-midi, Maria Poumier accusa les films d’Hollywood de nous exaspérer avec l’évocation perpétuelle de l’ « Holocauste ». Elle mentionna notamment La liste de Schindler, où Steven Spielberg évite la question des chambres à gaz et donne au personnage de Schindler une attitude chrétienne envers les juifs.

    3/ Hollywood et les valeurs humaines : la promotion de la violence par les films hollywoodiens

    Le dernier jour de la conférence, nous discutâmes de la promotion de la violence par les films hollywoodiens.

    Le premier intervenant, M. Niko Roa Cilla, qualifia les films hollywoodiens de « manipulateurs » et déclara que certains étaient « destinés à aplanir le terrain afin de détourner l’opinion en faveur des intérêts particuliers des États-Unis ». Le monopole dont jouit l’industrie hollywoodienne empêche les autres pays de développer leur propre industrie cinématographique et, ainsi, de promouvoir d’autres valeurs que celles d’Hollywood.

    A ce discours, le modérateur, Foad Izadi, répondit qu’il fallait être juste et reconnaître que tous les films d’Hollywood n’étaient pas mauvais ; certains véhiculaient des principes authentiquement humains. « It’s not black and white, let’s recognize it. » (Tout n’est pas tout blanc ou tout noir, reconnaissons-le.)

    A ce moment, alors que nous étions paisiblement en train de discuter des « valeurs » véhiculées par les films hollywoodiens, Daniel Schechter, initialement venu pour parler du mouvement « Occupy Wall Street », prit la parole pour donner son avis sur la question. Au milieu de son allocution, il dit (en résumé, de mémoire et en substance) : « Non mais c'est vrai, à cause des interventions des personnes hier, les trois pauvres courageux rabbins, qui sont venus ici, ils se sont sentis offensés ! C'est normal... » Ensuite, il termina son intervention. Intérieurement, je bouillais. Je levai alors le micro devant moi, tendis la main, et enfin le modérateur me vit et me donna la parole. Je dis calmement, et en anglais (en résumé, de mémoire et en substance) :

    « Monsieur, je voudrais revenir sur ce que vous avez dit à propos de l'intervention des révisionnistes hier. Vous avez dit que les trois rabbins s'étaient sentis offensés. Mais Monsieur, nous ne voulions pas les offenser. Nous voulions dire la vérité. Si nous avons dit que les chambres à gaz n'ont pas pu exister pour des raisons qui relèvent de la physique et de la chimie, c'est parce que c'est la stricte vérité. Il faut le prendre littéralement. Ce n'est pas une offense ; c'est la vérité. Il ne faut pas se sentir attaqué par cette affirmation. Monsieur je vais vous donner un exemple. Imaginez que, enfant, votre mère ne vous ait pas aimé. A cause de cela, vous devriez vous sentir mal, un peu déprimé à l'âge adulte, car le manque d'amour d'une mère pour son enfant peut avoir de graves conséquences pour l'enfant une fois devenu adulte. Maintenant je voudrais vous poser une question. Qu'est-ce que vous préférez ? Admettre que votre mère ne vous a pas aimé, assumer et aller de l'avant ou bien fermer vos yeux parce que c'est intolérable et souffrir toute votre vie ? Pour les chambres à gaz, c'est le même principe qu'il faut appliquer. J'ajoute ceci : les révisionnistes ne nient pas les souffrances des juifs pendant la guerre. Oui, ces gens ont souffert ; ça a été abominable pour eux. Nous ne nions pas non plus l'existence des camps de concentration. Mais ce que nous disons est la chose suivante, et je le répète il faut le prendre littéralement et froidement : les chambres à gaz n'ont pas existé parce que c'est impossible pour des raisons scientifiques. »

    A cet instant, le modérateur coupa court à toute discussion parce que l’heure de la pause était venue. Ne perdant pas courage, Daniel Schechter vint à ma rencontre alors que je m'apprêtai à quitter mon siège. Il me dit (en résumé, de mémoire et en substance) : « VOUS, vous croyez que vous avez la vérité parce que vous représentez une personne qui ne peut pas venir à cause d'une décision de justice, mais Madame, des tas de gens ont étudié la période de la seconde guerre mondiale, alors pourquoi lui il aurait la vérité contre tous ces gens ? »

    Je répondis :

    « Monsieur, vous avez raison, beaucoup de personnes ont étudié cette période. Mais ces gens ont leurs livres dans les librairies et les bibliothèques. Or M. Reynouard a aussi beaucoup étudié cette période, et il a écrit des livres sur le sujet lui aussi. Sauf que lui, ses livres ne sont pas publiés. Ils sont interdits. Pourquoi ? Si c'est un charlot, alors provoquez-le dans un débat loyal, et en une heure vous lui prouverez et vous prouverez aux autres que c'est un menteur et on en parlera plus !! Mais on lui refuse le débat : pourquoi ? Pourquoi Monsieur ? »

    Pris d'assaut par un groupe de personnes qui s'étaient amassées autour de nous et qui prenaient ma défense, Daniel Schechter resta bouche bée et battit en retraite. Deux personnes lui parlèrent de la loi Gayssot. M. Faurisson n'était malheureusement pas là pour entendre ça, mais je lui racontai l'histoire après la pause. Il me félicita pour mon caractère et le bon exemple trouvé (l'amour d'une mère pour son enfant). Il me confia également que Daniel Schechter lui avait fait passer un papier la veille, juste après son intervention sur les chambres à gaz. Sur ce papier était écrit : « Vous êtes un sac à merde. » Ce monsieur est vraiment trop aimable : il fournit lui-même une preuve de l'insulte qu'il a faite. Pour un révisionniste, c’est du pain bénit. No comment...

    En fin de matinée, R. Faurisson, qui aurait normalement dû lire le texte intégral que M. Paul-Éric Blanrue avait préparé, ne put qu’improviser par manque de temps. L’éminent révisionniste parla du film Un HommeRobert Faurisson réalisé par M. Blanrue. Ce film raconte l’histoire d’un homme, M. Robert Faurisson, dans son combat pour la vérité historique sur les prétendues chambres à gaz allemandes. Gratuitement téléchargeable sur Internet à l’adresse suivante : http://holocauste.com/, ce film est également disponible en plusieurs langues : français, italien, arabe, allemand, anglais et croate.

    Cette deuxième Conférence internationale sur l’Hollywoodisme et le cinéma mondial fut un véritable succès. Malgré les divergences, les intervenants ont su donner le meilleur d’eux-mêmes pour proposer des solutions concrètes dans le combat contre le sionisme. A quand un cinéma sain ?


    Marie Bruchet, le mardi 14 février 2012

    (English subtitles channel)

    Send a Card or even a letter to the Jailed Revisionist Wolfgang FRÖHLICH - JVA Stein - Steiner Landstr 4 - A-3504 Krems-Stein - AUSTRIA


  7. #7
    Contributing Member Robertvincent's Avatar
    Join Date
    Dec 2010
    Posts
    11,247
    Rep Power
    45

    Default Re: Hollywoodism : Le président iranien a reçu en audience le professeur Robert FAURISSON



    En décembre 2006, Mahmoud Ahmadinejad, Président de la République islamique d’Iran,avait invité à s’exprimer librement sur « l’Holocauste » aussi bien des révisionnistes que des antirévisionnistes lors d’une conférence internationale qui allait se tenir à Téhéran et se conclure par la spectaculaire défaite du principal représentant de la thèse antirévisionniste, un universitaire iranien, « visiting professor » dans une université américaine.


    Le 3 juin 2009, à Rome, le président iranien déclarait : « Aujourd’hui il semble qu’en Europe on ne peut plus parler librement de l’Holocauste. J’espère que certains gouvernements réussiront à se libérer des Sionistes de sorte que puisse être ouverte la boîte noire de l’Holocauste. » (« Today in Europe it seems the Holocaust can no longer be talked about freely. I hope that some governments manage to free themselves from the Zionists in order to let the black box of the Holocaust be opened ».)


    Le 18 septembre de la même année, il déclarait encore : « Si l’Holocauste dont vous parlez était réel, pourquoi ne permettez-vous pas que le sujet en soit étudié ? Tout sujet peut être l’objet d’une libre recherche excepté ce sujet, lequel est scellé. Il y a là une boîte noire qu’on ne nous permet pas d’ouvrir et de réexaminer. Ils agissent ainsi pour l’exploiter. Nous leur disons : cette affaire, qui a été si importante, qui a servi de prétexte pour occuper une certaine terre, pour mener bien des guerres, pour déplacer des millions de gens, pour en tuer ou blesser des centaines de milliers, pour détruire des familles, pour faire vivre toute la région du Moyen-Orient sous la menace et l’insécurité… Si cet événement est si important, pourquoi n’en permettez-vous pas le déchiffrement et l’ouverture de manière à révéler sur le sujet à tous les peuples la vérité et les faits ? » (« If the Holocaust that you talk about was real, why don’t you allow the subject to be studied? One can freely research any issue, except for this issue, which is sealed. It is a black box, which they do not allow to be opened or reexamined. They do this in order to exploit it. We say to them: This affair, which was so important, which served as a pretext for a certain land to be occupied, for many wars to be waged, for millions to be displaced, for hundreds of thousands to be killed or wounded, for families to be destroyed, for the entire Middle East region to be living under the shadow of threats and insecurity... If this event is so important, why don’t you allow it to be deciphered and opened, so that the truth and the facts about it will be revealed to all the peoples? »)


    [Voyez, pour le 3 juin 2009 :
    <http://engforum.pravda.ru/index.php?/topic/179931-ahmadinejad-holocaust-speech-on-3-june-2009-rome/>


    puis, pour le 18 septembre 2009 :
    <http://robertfaurisson.blogspot.com/2009/11/ahmadinejad-black-box-of-holocaust.html >]





    Conférence de 2012 sur l’hollywoodisme


    Le 2 février 2012, en marge du trentième festival international du film en Iran, le Président Ahmadinejad inaugurait à Téhéran une conférence internationale, encore une fois ouverte autant aux révisionnistes qu’aux antirévisionnistes, sur l’hollywoodisme, c’est-à-dire sur une certaine propagande par le film, de caractère américano-sioniste, tendant parfois à glorifier « l’Holocauste » ou « la Shoah ». Ont notamment participé à cette conférence aussi bien trois rabbins antisionistes et antirévisionnistes, venus respectivement de Grande-Bretagne, des États-Unis et du Canada, que des Américains, dont un intellectuel juif, et une importante délégation française. Ma propre communication a explicitement porté pour titre : « Contre l’hollywoodisme, le révisionnisme ». Pour sa part, le révisionniste Vincent Reynouard, victime d’une interdiction judiciaire française, n’avait pu se rendre à Téhéran mais sa collaboratrice, Marie Bruchet, a projeté et commenté un remarquable documentaire sur l’hollywoodisme. L’universitaire Maria Poumier, de son côté, a lu un texte d’une haute inspiration et comparable en un sens à l’adresse prononcée auparavant par M. Ahmadinejad à l’ouverture de la conférence. Un discours de l’historien Paul-Éric Blanrue a été distribué en français et en anglais ; il portait sur une description de l’Entité sioniste avec son « cœur », ses « poumons » et son « cerveau », un « cerveau » atteint d’obsession shoatique. Béatrice Pignède a présenté son documentaire consacré à la loi Fabius-Gayssot, Main basse sur la Mémoire. Pour des raisons techniques, deux autres films n’ont pu être projetés sur le moment mais le seront plus tard : de Paul-Éric Blanrue, Un homme – Robert Faurisson, et, de Dieudonné, L’Antisémite. De son côté, le professeur Claudio Moffa a rappelé en français et sans concession son expérience, risquée, de la défense du révisionnisme dans les universités de Teramo et de Rome. Des délégations étrangères étaient présentes, venues d’Espagne, de Grèce, d’Egypte, d’Azerbaïdjan,… Mis à part le comportement grossier d’un membre de la délégation américaine, auquel Marie Bruchet et Dieudonné ont finement donné la réplique, la conférence s’est déroulée dans une atmosphère parfois tendue mais courtoise. La conférence elle-même a été accompagnée et suivie d’un nombre considérable d’interviews, de passages à la radio ou à la télévision, et de communications universitaires.


    Le 11 février 2012, soit neuf jours après l’ouverture de la conférence sur l’hollywoodisme, M. Ahmadinejad, célébrant le 33e anniversaire de la Révolution islamique de 1979, a déclaré : « L’Occident et les colonialistes, pour dominer le monde, ont créé une idole qu’ils ont appelé le régime sioniste. L’esprit de cette idole est l’Holocauste [...] et la nation iranienne, avec courage et clairvoyance, a brisé l’idole, préparant la libération des peuples occidentaux ».



    Le Point du 2 février 2012 : la déroute des historiens de « l’Holocauste » ou « Shoah »


    Depuis quelques années il est clair que, sur le plan historique et scientifique, les tenants de « l’Holocauste » et de la « Shoah » sont en déroute. À ce propos je conseille aux profanes de lire avec attention le magazine Le Pointdu 2 février 2012 où, en couverture, nous est pompeusement annoncé : « Révélations historiques [sur] le complot nazi / Comment Hitler et Himmler ont préparé la Solution finale / L’ouvrage qui fait polémique / Témoignages des derniers survivants ». Les pages 62-75, sous le couvert de l’habituelle rhétorique, révèlent à quel point la thèse d’une prétendue politique d’extermination physique des juifs est devenue scientifiquement insoutenable même chez les historiens ou auteurs conventionnels qui, plus que jamais, à défaut de trouver une preuve, une seule preuve d’une politique d’extermination physique des juifs par le IIIe Reich, en sont réduits à des spéculations qu’ils savent n’être essentiellement que des spéculations. Cette livraison du Point se trouve dater du jour même où, à Téhéran, M. Ahmadinejad ouvrait cette conférence sur l’hollywoodisme, une conférence à l’occasion de laquelle, me remettant, comme à quelques autres, une marque d’estime personnelle, il m’accordait ensuite un entretien privé.


    M. Ahmadinejad occupe une position éminente et son courage est indéniable mais, en ce qui nous concerne, il est un révisionniste parmi d’autres révisionnistes, et c’est à ce titre que les révisionnistes du monde entier ne peuvent que lui rendre hommage. Par ailleurs, plus que courageux, son comportement est héroïque. L’homme et son peuple, cruellement affectés par les effets du blocus occidental, n’aspirent qu’à la paix. Il est absurde de prétendre que l’Iran prendrait l’initiative de jeter sur l’État d’Israël des bombes atomiques ou autres ; immanquablement ces bombes tueraient ou mutileraient autant de musulmans ou de chrétiens que de juifs.


    S’il est toutefois une bombe que M. Ahmadinejad n’hésitera pas à utiliser, c’est celle que j’ai appelée « la bombe atomique du pauvre », la bombe du révisionnisme qui, ne tuant ni ne mutilant personne, viendra à bout d’une immense imposture, – celle de « l’Holocauste » ou de « la Shoah », – qui, elle, justifie à l’infini de nouvelles guerres et de nouvelles croisades. Dans le monde occidental, trop d’esprits restent encore marqués par « l’Industrie de l’Holocauste » et le « Shoa-Business » mais, grâce au révisionnisme, la guérison est possible et, du même coup, la paix serait capable retrouver ses chances.


    PS : Dans les jours à venir suivront les résumés de certaines des interventions, dont la mienne propre, qui ont été consacrées à l’hollywoodisme.

    14 février 2012

    (English subtitles channel)

    Send a Card or even a letter to the Jailed Revisionist Wolfgang FRÖHLICH - JVA Stein - Steiner Landstr 4 - A-3504 Krems-Stein - AUSTRIA


Similar Threads

  1. Interview du Professeur FAURISSON par Ivan Levaï en 1980
    By Robertvincent in forum French White News et en français
    Replies: 1
    Last Post: 11-16-2011, 06:48 PM
  2. Il y a 22 ans : Le Professeur Faurisson agressé !
    By Robertvincent in forum French White News et en français
    Replies: 0
    Last Post: 09-16-2011, 12:29 PM
  3. Health problem for the Professor Faurisson / Ennui de santé pour le Professeur Faurisson
    By Robertvincent in forum French White News et en français
    Replies: 0
    Last Post: 07-26-2011, 02:41 AM
  4. Le Professeur Faurisson et l'emploi du Zyklon B
    By Robertvincent in forum French White News et en français
    Replies: 1
    Last Post: 06-14-2011, 05:16 PM
  5. Anniversaire du Professeur Robert Faurisson
    By Robertvincent in forum French White News et en français
    Replies: 0
    Last Post: 01-24-2011, 01:25 PM

Bookmarks

Posting Permissions

  • You may not post new threads
  • You may not post replies
  • You may not post attachments
  • You may not edit your posts
  •